Un an après

Un an après

La semaine passée fut marquée par le temps du bilan pour le Président de la République. Aux heures où certaines angoissent se font jour, où les informations s’accumulent épaississant le brouillard des incertitudes autour de nos compatriotes, le temps d’expliquer nos actions était venu. Jeudi et dimanche Emmanuel Macron s’est donc adressé aux français pour éclaircir ces choix, justifier les politiques menées et annoncer les actions qui seront mises en places pour redresser notre pays.

Devant ces journalistes, de façon combattive tout en faisant preuve de bienveillance et d’empathie, le Président de la République a démontré quelle vision il avait de sa France. Exposant sa méthode d’attaquer les racines plutôt que guérir les symptômes, il a durant 3h30 été au fond des problématiques des français

Une France qui tient parole.

Dans la nuit du 13 au 14 avril, les armées françaises ont frappé des installations de production d’armes chimiques syriennes après le massacre de la Ghouta Orientale. Le Président de la République a souligné que le régime syrien, comme la Russie, était au courant de la ligne rouge qu’ont établi les pays occidentaux sur l’utilisation d’armes chimiques. Ainsi, Emmanuel Macron s’est félicité de la réussite de cette opération conjointe avec ses alliés américains et britanniques pour détruire l’arsenal chimique. Si le Président salue la prouesse de l’opération et de l’excellence de l’équipement français, il a remis la France sur le devant de la scène diplomatique en rappelant son ambition d’obtenir définitivement la fin de la guerre en Syrie et des crises humanitaires, terroristes et diplomatiques qui y prospèrent.

Une France qui travaille

Sur le plan national, l’objectif premier du quinquennat est de remettre la France au travail. Ce fut l’objectif de la loi travail de l’été dernier. Aujourd’hui ce travail doit « bien payer » car il est au centre de notre économie. C’est en ce sens, que le Président a annoncé jeudi, qu’à partir du premier janvier prochain, près de 10 Millions de français travaillant dans des entreprises de moins de 250 salariés pourront toucher de l’intéressement sans qu’il n’y ait aucune charge dessus. C’est dans ce sens que chaque salarié a pu voir une baisse des cotisations sociales sur sa fiche de paie.

Une France solidaire

L’économie française a toujours voulu lier solidarité et efficacité. Seulement la France de 2018 est depuis 2008 confrontée à une crise économique sans précédent. La France du 21ème siècle est aussi confrontée à une évolution rapide, efficace et positive de la médecine et donc de l’espérance de vie. Ainsi, l’économie française se retrouve devant un problème de taille : celle des retraites. Pour que ce système fonctionne, où ceux qui travaillent paie la retraite de leurs ainés, il est essentiel que les actifs soient en nombre suffisant. Le Président de la République a voulu remercier nos ainés d’avoir contribué en ce début d’année à financer une mesure importante via la CSG . Permettre aux actifs d’être payés plus par la baisse des cotisations sociales pour ainsi à leur tour pouvoir financer la retraite de leurs ainés.

Une France qui soigne

Le monde hospitalier est aujourd’hui un nœud stratégique pour la France. Notre pays dispose d’un système de protection unique, d’un personnel très qualifié, de chercheurs de renom, mais d’un dispositif sanitaire à bout de souffle, d’un monde hospitalier à cran. Le gouvernement en a conscience. Aucune économie ne sera réalisée sur le dos de l’hôpital, mais une total réorganisation du système de soin sera lancée, accompagnée d’investissements notamment avec la dépendance qui pourrait devenir le cinquième risque pour la sécurité sociale et la création d’une deuxième journée de solidarité.

Une France de l’ordre

Face aux tensions, parfois très violentes sur le site de Notre Dame des Landes, le Président a rappelé son soutien plein et entier aux gendarmes qui font respecter l’ordre républicain. Le gouvernement a fait un choix cet hiver, celui de ne pas construire l’aéroport. En contrepartie, la loi par l’intermédiaire du code rural doit être respectée. Si l’évacuation s’avère difficile, la République sera le seul maître de ce terrain avec les exploitants individuels qui se seront faits connaitre.

Des tensions violentes ont lieu dans les universités. Menées par une minorité de blocage, parfois extérieures aux universités, elle a décidé d’entrainer le monde étudiant dans une période d’incertitude. Emmanuel Macron a tenu à rassurer le monde universitaire que le calme sera préservé pour que chacun puisse avoir son diplôme par son travail et non par un claquement de doigt et des tracts.

Une France qui roule sur de bons rails

Le conflit majeur qui pénalise l’ensemble des français reste celui de la SNCF. Le Président mènera la réforme jusqu’au bout pour faire de la SNCF une compagnie ferroviaire puissante économiquement face à la concurrence tout en restant leader dans la sureté ferroviaire, utile pour ses usagers et protectrice pour ses salariés. Si le cheminot est un acteur majeur de la vie quotidienne des français, bloquer le pays n’est pas la meilleure des résolutions pour négocier sur un avenir utile pour tous.

Deux lieux différents, deux interviews dissemblables, mais deux cadres de la République pour porter à un même peuple un message fort. Le Président de la République agit avec le gouvernement et la majorité pour le bien commun de la France.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.