Une Stratégie de transformation du système de santé, ambitieuse pour une meilleure organisation des professionnels de santé, pour remettre les patients au centre du système et garantir l’accès aux soins partout sur le territoire

Une Stratégie de transformation du système de santé, ambitieuse pour une meilleure organisation des professionnels de santé, pour remettre les patients au centre du système et garantir l’accès aux soins partout sur le territoire

Le Président de la République et la Ministre des Solidarités et de la Santé ont, aujourd’hui, présenté la stratégie de transformation du système de santé qui prévoit une meilleure organisation des professionnels de santé, au bénéfice des patients comme des soignants.
Elle vise à :
  • Rassembler les soignants en ville et les soignants à l’hôpital autour d’un projet de santé adapté aux besoins des français dans les territoires et doit permettre de garantir la possibilité pour chaque Français d’avoir un médecin traitant
  • De pouvoir avoir un rendez-vous tous les jours de la semaine jusqu’en soirée et le samedi matin, de faciliter l’accès de tous les patients à des médecins spécialistes
  • De maintenir à domicile le plus possible les personnes fragiles, âgées ou présentant plusieurs pathologies.
L’objectif est la fin de l’exercice isolé de la médecine d’ici 2022 par la constitution de communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS), qui mailleront le territoire.
Tous les professionnels d’un territoire devront s’organiser pour répondre aux besoins de soins de la population. Ces CPTS assumeront un certain nombre de missions, dont les « urgences de ville », pour décharger les urgences hospitalières qui doivent se concentrer sur les situations vitales. Une partie de la rémunération des professionnels sera conditionnée à l’adhésion à une CPTS.
Pour redonner du temps aux médecins pour soigner, Ma Santé 2022 va aussi s’appuyer sur des nouveaux métiers, comme les assistants médicaux qui pourront assurer un certain nombre de missions à leur place. 4000 postes seront financés d’ici 2022. Et nous enverrons et financerons 400 médecins généralistes salariés dans des déserts médicaux pour permettre aux patients d’accéder à une consultation généraliste.
On ne peut pas repenser le système de santé sans repenser la manière dont on forme les soignants et dont on pense leur carrière. Sur le premier point, le numerus clausus et les épreuves nationales classantes seront supprimés. Deux objectifs principaux : une orientation progressive encourageant les passerelles et la diversification des profils et une définition plus pertinente des choix de spécialités des étudiants.
Le financement est à la hauteur des ambitions de cette stratégie de transformation puisque ce sont 400 M € supplémentaires qui seront engagés pour cette transformation dès 2019.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.