Retrouvez ma tribune avec Pierre-Yves Bournazel parue dans le Huffington Post sur la nécessité d’étendre les plage horaires des bibliothèques

Retrouvez ma tribune avec Pierre-Yves Bournazel parue dans le Huffington Post sur la nécessité d’étendre les plage horaires des bibliothèques

Comment est-il encore possible que New York ouvre ses bibliothèques 88 heures par semaine et Paris seulement 38?
Paris ne peut se satisfaire de quelques timides avancées, elle doit montrer l’exemple de la transformation du pays en matière d’accès au livre et à la culture.
Voyage au pays des bibliothèques. Le rapport de l’académicien Erik Orsenna porte un titre poétique et évocateur de la richesse des 16.500 équipements de lecture publique que compte notre pays. Suite à la mission confiée par la ministre de la Culture, il invite à une modernisation des bibliothèques à travers 19 recommandations pratiques. C’est un enjeu majeur de l’accès pour tous à la lecture, à la culture, au savoir et à la transmission des valeurs de la République. Dans ce travail de modernisation, le Président de la République et le Premier ministre ont identifié l’ouverture des bibliothèques le dimanche et en soirée comme un axe fondamental. Le rapport d’Erik Orsenna propose des solutions pour agir.
A ce titre, Paris porte une responsabilité particulière dans cette ambition culturelle. Par sa dimension de “ville-monde”, en tant que capitale accueillant des millions de visiteurs, à l’aune de son histoire et de son patrimoine, elle se doit de montrer un temps d’avance et d’ouvrir la voie de cette modernisation.
Il est indispensable d’adapter l’ouverture des services publics municipaux en général, et des bibliothèques en particulier, aux nouveaux rythmes de vie des Parisiens.
C’est un besoin pour les étudiants qui veulent plus d’espace de travail le week-end, c’est une demande des familles qui souhaitent partager des moments privilégiés de découverte, c’est le vœu de nombreux actifs qui ne peuvent évidemment s’y rendre en journée… À Paris plus qu’ailleurs dans notre pays, il y a une grande diversité des rythmes de vie dans une “ville où la vie va plus vite”.
Notre capitale doit aujourd’hui rattraper son retard vis-à-vis de ses homologues des grandes villes internationales. L’amplitude horaire d’ouverture des bibliothèques est en effet d’une durée moyenne de 88 heures à New-York, 78 heures à Londres, 84 heures à Amsterdam, 98 heures à Copenhague, contre seulement 38 heures hebdomadaires à Paris.
Le dimanche à Paris, seules 7 bibliothèques municipales sont ouvertes, tandis qu’une seule bibliothèque universitaire est disponible (BU de Cochin).
Ouvrir les bibliothèques le dimanche et en soirée n’est pas une simple question de modernité, c’est un enjeu d’égalité des chances. La modernisation des bibliothèques s’inscrit dans la continuité des réformes de l’école du ministre de l’Education nationale pour l’apprentissage des fondamentaux et l’accès à la culture. La lecture est l’opportunité de s’ouvrir à un autre monde, de découvrir des horizons que l’on ne soupçonnait pas, de s’affranchir de son quotidien et de nourrir des rêves sans limite. Dans une bibliothèque se rencontrent tous ces possibles. Comme l’écrit Julien Green “une bibliothèque, c’est le carrefour de tous les rêves de l’humanité”.

Dans une ville où la taille des logements est particulièrement contrainte par le niveau élevé des loyers, il y a la nécessité de proposer un lieu apaisé de lecture et de travail pour tous ceux qui n’ont pas la chance d’en disposer à domicile. Une bibliothèque est la maison de service public où l’on vient trouver un refuge, un silence, une énergie différente. C’est là que s’éveillent et s’épanouissent tous les imaginaires.
La modernisation des bibliothèques et médiathèques passe également par la numérisation des services (prolongation et réservation de documents, VOD, e.book). Elle participe à la fois de l’innovation de la gestion d’un service public et de la réduction de la fracture numérique. Faire de Paris une “smart city” à la pointe, c’est aussi accélérer la mutation vers des “e.services” dans nos bibliothèques.
Il convient aujourd’hui d’accélérer le rythme à Paris par un plan ambitieux et des solutions concrètes et pragmatiques, tant pour l’ouverture des bibliothèques municipales que pour les bibliothèques universitaires. Ces deux chantiers sont urgents et prioritaires.
L’humain doit être au cœur de ce processus de modernisation. Ainsi, comme le préconise le rapport Orsenna, le recours davantage généralisé à des étudiants et des volontaires du service civique représente une solution efficace. Il y a là un système où chacun s’y retrouve: les usagers qui disposeraient d’une amélioration du service public, les étudiants et volontaires rémunérés qui valoriseraient utilement cette expérience, les professionnels dont les conditions d’activités seraient préservées et la municipalité qui bénéficierait d’un dispositif souple.
Paris ne peut se satisfaire de quelques timides avancées, elle doit montrer l’exemple de la transformation du pays en matière d’accès au livre et à la culture. Notre capitale a les moyens de cette ambition.
Si le fantasme d’une “ville-musée” est un risque que Paris ne peut pas se permettre, suivons et concrétisons le rêve d’une “ville-bibliothèque”.

 

Retrouvez le lien du Huffington Post : ici

 

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.