Retour sur le Conseil d’arrondissement du lundi 26 novembre

Retour sur le Conseil d’arrondissement du lundi 26 novembre

Plusieurs délibérations importantes qui nécessiteront dans les mois qui viennent des débats de fond : la densification de la Ville, le logement social et la mixité scolaire.
 La densification de la Ville
Notre Groupe « Progressistes-Majorité présidentielle » a émis de fortes réserves sur plusieurs projets de densification qui nous semblent excessifs et ne correspondent plus aux attentes des Parisiens. Ainsi, nous nous sommes prononcés contre le programme de construction prévu au 156, 162-168 rue de Tolbiac ( de part et d’autre de la rue du Moulin des Prés). De la même façon, nous sommes très réservés sur le projet de logements sur la parcelle de Telecom ParisTech, beaucoup trop dense de notre point de vue.
Autant nous sommes favorables à la construction de logements dans Paris, autant nous pensons que le 13e a largement pris sa part et qu’il est aujourd’hui urgent de ménager des espaces de respiration dans une ville qui reste une des plus denses au monde. On ne peut pas surdensifier les moindres espaces libres et autres dents creuses au prétexte de faire du chiffre et d’atteindre quelles qu’en soient les conséquences, les objectifs de mandature de l’exécutif municipal.
Non au conventionnement de 569 logements supplémentaires dans les quartiers populaires.
La Ville et des bailleurs détiennent un certain nombre de logements non conventionnés dont les loyers sont libres. Ces appartements permettent de loger dans ces immeubles du parc social, des Parisiens appartenant à la classe moyenne et de maintenir un peu de mixité sociale dans des quartiers fragiles. Le projet de la Mairie consiste donc, dans 12 groupes d’immeubles du 13e situés pour certains dans des quartiers très populaire, de transformer 569 logements en logements sociaux (255 très sociaux, 198 sociaux, et 116 intermédiaires) ce qui risque de recréer dans ces quartiers des déséquilibres sociaux qui ont été tant bien que mal jugulés…
 «Secteurs multi-collèges, une concertation bâclée »
Les collèges parisiens sont les plus ségrégués de France. Dans le 13e arrondissement, le taux d’élèves défavorisés varie de 1 à 4 selon les établissements. Parce que nous pensons que la mixité sociale permet de renforcer la cohésion sociale, il nous paraît utile de pouvoir faire émerger ces questions dans le débat public et citoyen et de trouver ensemble des pistes pour trouver des solutions partagées. Des expérimentations sont actuellement en cours dans les 18ème et 19e arrondissements qui ont montré, s’il en était besoin, combien ces sujets sont sensibles. Rien ne peut être imposé par le haut. Seule une concertation approfondie étalée sur 1 ou 2 ans, avec l’ensemble des communautés éducatives, des élus, parents d’élèves et des services académiques peuvent permettre de partager un état des lieux et un projet.
Nous regrettons donc profondément que la Mairie du 13e, la Ville et le Rectorat aient choisi de présenter aux parents la semaine dernière un projet entièrement bouclé, peu pertinent et non concerté et qui n’avait aucune chance d’aboutir. Mais tel était sans doute l’objectif recherché…
L’immobilisme a de beaux jours devant lui !

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.