Des mesures en faveur du pouvoir d’achat

Des mesures en faveur du pouvoir d’achat

On entend dire que les mesures annoncées par le Président de la République en faveur du pouvoir d’achat ne concernent que les salariés du secteur privé. Or la plupart s’appliquent également aux agents publics (titulaires et contractuels) et les retraités de la fonction publique. Leur sont appliquées :

  • L’exonération sociale et fiscale des heures supplémentaires à partir du 1er janvier 2019 : environ 1,5 millions d’agents publics sont concernés. Pour un célibataire sans enfant, le gain pourra représenter jusqu’à plusieurs centaines d’euros par an : plus de 450€ pour un surveillant pénitentiaire et plus de 700€ pour un professeur certifié par exemple.
  • La hausse de la prime d’activité de +100€ et l’élargissement de son champ d’application : plus de 600 000 agents publics devraient en bénéficier contre 410 000 aujourd’hui, soit une augmentation de 50% du nombre de bénéficiaires chez les agents publics.
  • Enfin, l’annulation de la hausse de la CSG à compter du 1er janvier 2019 s’appliquera aux agents publics retraités dès lors que leur revenu fiscal de référence est inférieur à 22 580€ (34 636€ pour un couple) soit une pension de 2 000€ net pour un retraité célibataire sans autre revenu.

Il n’y aura en revanche pas de prime exceptionnelle du fait des limitations budgétaires des collectivités territoriales et des hôpitaux. De même, le point d’indice ne sera pas augmenté car cela coûterait trop à la société pour trop peu de résultats. Une hausse de 1% du point d’indice pèserait ainsi pour 2 Mds € sur les finances publiques pour un gain de 15€ pour un fonctionnaire gagnant 2000€ par mois, et de moins de 8€ pour un fonctionnaire au SMIC.

La fonction publique représente près de 5,4 millions de personnes en France. Il serait impensable que ceux-ci soient exclus de ces mesures. Ensemble, rétablissons la vérité !

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.