Retour sur le dernier Conseil de Paris

Retour sur le dernier Conseil de Paris

 

Le conseil de Paris de novembre a été une fois plus l’occasion pour le groupe Démocrates et Progressistes de se démarquer en proposant des idées concrètes sur l’ensemble des thématiques chères aux Parisiens.

Plan pauvreté

Les études les plus récentes l’attestent : Paris est une ville de plus en plus ségrégée. On note en effet que les arrondissements les plus riches ont un taux de pauvreté inférieurs aux 5% quand il peut attendre plus de 35% dans certains quartiers au nord de la métropole. Dans cette perspective, le Plan Pauvreté annoncé par le Président de la République le 13 septembre dernier témoigne de la détermination totale du gouvernement à lutter contre ce fléau. J’ai pu interroger l’exécutif parisien au sujet de la stratégie que la Ville comptait mettre en place en accord avec ces mesures.

Question d’actualité

Après de terribles événements dans le 13ème arrondissement, m’est revenue la charge douloureuse d’intervenir sur la question des attouchements sexuels dans les établissements scolaires. Ce problème revêt au moins deux dimensions : d’une part, le manque d’une formation continue de qualité des personnels qui ne peuvent pas mener leurs missions à bien et mettre en place une veille préventive suffisante, d’autre part le manque de coordination entre le périscolaire et les équipes pédagogiques. Ces premiers relèvent en effet des compétences de la Mairie de Paris alors que les seconds répondent du Ministère de l’Éducation Nationale. L’école est un tout, des mesures fortes doivent être engagées au plus vite pour corriger ces manquements.

 

 

Plus de pouvoir pour les Maires d’arrondissement

D’autres sujets étaient au rendez-vous. Mon collègue Julien Bargeton a présenté au nom de notre groupe une réforme des compétences des maires d’arrondissement. Souvent réduits à un rôle d’intermédiaire entre le Conseil de Paris et les Parisiens, ces élus souffrent d’un manque d’autonomie de gestion dans les affaires de leurs arrondissements. L’idée serait donc de renforcer leurs compétences sur les sujets de proximité en matière d’aménagement, de propreté et de sécurité. Il en va autant tout d’un vrai besoin d’efficacité mais également de démocratie locale, les maires d’arrondissements étant les mieux informés des besoins de leurs concitoyens.

Respecter la condition animale

Enfin, il nous a semblé important de souligner notre attachement au respect de la condition animale. 2018 a en effet été une année noire : les abandons d’animaux ont atteint des records en Île-de-France, à tel point que les centres d’accueil SPA ont été saturés. Cette situation est intolérable. Nous avons donc fait le vœu que les animaleries de Paris proposent en priorité des animaux abandonnés à leurs clients. Il ne fait aucun doute que ces actes d’abandon ont des effets dévastateurs sur les animaux, leur permettre de retrouver un cadre stable et protecteur est une nécessité pour leur bien-être. Soutenant la campagne d’affichage de l’association Paris Animaux Zoopolis sur les stéréotypes communément véhiculés sur les rats, nous avons souhaité associer le Conseil de Paris à cette démarche. Nous avons notamment demandé davantage d’informations sur la présence de ces rongeurs ainsi que sur leurs modes de vie dans la capitale.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée.